19 avril 2012. Journée d’études « Danse et performance : espaces, temps, dispositifs »

L’équipe de recherche CIMArtS
(Création Intermodalité Mémoire dans les Arts du Spectacle)
le Diplôme Universitaire Art, danse et performance
le Pôle Art, Culture, Théâtre, Musique
de l’Université de Franche-Comté
et le pôle Recherche « Le corps de l’artiste »
de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon
proposent une journée d’études

« Danse et performance : espaces, temps, dispositifs »

Organisée par Aurore Després, Maître de conférences en Esthétique de la danse à
l’Université de Franche-Comté et Responsable du DU Art, danse et performance et
Pauline Chevalier, Maître de conférences en Arts à l’Université de Franche-Comté.

Le jeudi 19 avril 2012
à l’UFR SLHS de l’Université de Franche-Comté
30 rue Mégevand – 25 000 Besançon – Amphi Petit
10H00 – 17H30

Au coeur de la multiplicité des pratiques artistiques contemporaines liées à la performance, surgissant à la croisée des arts de la scène et des arts plastiques, cette journée d’études voudrait interroger plus particulièrement la notion de « dispositif », terme fréquemment employé aujourd’hui dans le champ artistique.
Comme « ensemble hétérogène d’éléments » et comme « réseau qu’on établit entre ces éléments (1)», le dispositif a, d’une manière ou d’une autre, la capacité « d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et discours des êtres vivants (2) ».

Au delà de cette définition générale, nous voudrions consacrer cette journée d’étude non seulement aux dispositifs artistiques liés aux pratiques de performance» – qu’elles investissent les arts visuels, la danse, la poésie sonore, les nouvelles technologies, le théâtre post-dramatique ou le multimedia – mais aussi, plus localement encore, les questions esthétiques, politiques, économiques, institutionnelles, juridiques, épistémologiques, et sociales que pose l’usage de ces dispositifs artistiques, à partir de la présentation d’un seul ou de quelques dispositifs seulement.

Ordonnancement, agencement hétérogène d’éléments, de corps, d’objets, desons, d’images, de lumières, de gestes, de mots, ou  encore énoncé matrice, le dispositif s’avance dans le champ de la performance diversement comme « situation », « milieu », « contexte », « règle du jeu », « architecture », « trame », « script », « partition », « conditions d’expérience », « opérations », «structure », « concept », « appareil », « mécanisme », « machination » qui structurent l’expérience sensible.

L’espace de l’expérience, qu’il soit espace scénique, ou encore muséographique, espace mental, espace hybride résistant à toute définition, ordonne la réception de l’oeuvre ou de l’objet performance : comment un dispositif peut-il être générateur d’affects et d’actions ? Quelles sont ses modalités et opérativités particulières comme ses « effets » spécifiques ? Dans quelle mesure le dispositif est-il producteur de normes et de pratiques collectives ?

Dans l’étude de ces agencements, nous voudrions porter une attention particulière à l’étude des espaces et des temporalités qui se créent, qui s’inventent par le dispositif, physique ou énoncé. Que le dispositif mette en jeu des conditions d’expériences particulières, il peut prendre place aussi bien au sein des processus de création, de composition qu’au sein des modes de production, de diffusion, de réception, d’exposition ou de transmission et de conservation des oeuvres. Jusqu’où le dispositif peut-il se rendre invisible, imperceptible ? En quoi les dispositifs de performance peuvent-il révéler, mettre au jour, des dispositifs communs, sociaux, esthétiques ou politiques ?

(1). Michel Foucault, Dits et écrits, Volume III, Gallimard, Paris, 1994, p 299
(2). Giorgio Agamben, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Rivages Poche/Petite Bibliothèque, Paris, 2007, p 31.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *