17 février, Journée d’études – Miniatures et expansions du labyrinthe

17 février 2012. Journée d’études « Miniatures et expansions du labyrinthe »

Qu’elle en soit le détail ou le monument, l’architecture du labyrinthe vient inquiéter la fiction littéraire, cinématographique et chorégraphique de bien des manières, selon des esthétiques contrastées et souvent cruelles de la virtualité, de la virtuosité et du principe de réalité. Décliné comme motif, comme dispositif ou comme thème, le labyrinthe œuvre malicieusement à saper notre perception d’un monde stable et unidimensionnel par illusions d’optiques, changements d’échelle, enchâssements herméneutiques, poétiques à tiroirs et autres raffinements psychologiques.

Opérateur de complexification et de désorientation, il se déploie selon une exponentielle remarquable dans la littérature, le cinéma, les arts plastiques contemporains. Il y a pourtant loin, des dédales antiques et autres Cnossos à nos labyrinthes modernes – Thésée, Ariane, Le Minotaure, Dédale et Icare ont bel et bien changé, allant jusqu’à cumuler leur fonction, les intervertir ou les faire se brouiller. Nos monstres sont autres mais non moins effrayants, sédimentant terreur antique et rhétoriques des mondes possibles. Architecture de la surprise dans la monotonie, entre différence et répétition, du monstre dans le bâti et de la bestialité dans l’humain, de l’altérité totale dans le sujet, le labyrinthe est aussi une fiction du désir de la vie à persister dans l’adversité, à trouver sa forme et sa force dans la métamorphose incessante du vivant.

Cette journée interdisciplinaire se propose d’étudier quelques uns de ces labyrinthes de la modernité, entendue au sens large, en se focalisant notamment sur cette mise en échelle des motifs labyrinthiques, où l’infiniment petit prend insidieusement la dimension du tout et où le tout du labyrinthe agit minitieusement sur chaque entité de la fiction, selon une dangeureuse plasticité. Miniature ou en expansion continue, le labyrinthe est cet espèce d’espace où l’épreuve du lecteur et du spectateur se diversifie à chaque nouvelle bifurcation, page après page, plan après plan, pas après pas, nommant d’une époque et d’une société, les questions, les procès, les lieux inhabitables, les structures d’enfermement, les jeux d’intellection, les marges où la pensée et les sens font l’expérience du trouble.

Organisation :

Julia Peslier, Maître de conférences en Littérature comparée, UFC – ELLIADD, équipe CJP

Pauline Chevalier, Maître de conférences en Esthétique, UFC – ELLIADD, équipe CIMArtS

Pauline Carvalho, Doctorante en Littérature comparée, UFC – CRIT


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *